Conférence du professeur Titus Edzoa, 30-11-2019

La conférence du professeur Titus Edzoa, à laquelle participaient Camerounais mais également Tchadiens,sénégalais et centrafricains, a commencé à 15h30 précises dans une somptueuse salle de la rue Bellechasse située près de l’assemblée nationale française dans le 7ème arrondissement de Paris. Le professeur a fait un exposé en deux volets: la décentralisation et l’importance de la diaspora camerounaise. Sur le premier point, après un préambule sur la crise anglophone, le professeur Edzoa a d’emblée montré que la décentralisation n’a jamais connu son application au Cameroun malgré la loi de janvier 1996. Sur cet aspect, le professeur Edzoa s’est livré à une analyse comparative des systèmes fédéral et décentralisé, montrant que chacun de ces deux systèmes de gouvernance avait ses avantages et ses inconvénients. Il a expliqué que son expérience au pouvoir l’a conduit à visiter des pays qui avaient déjà mis en œuvre l’un et l’autre système. Il a souligné que les Camerounais devaient éviter toute attitude dogmatique et choisir un système adapté à leurs besoins et à leurs problèmes. Sur le second point, il a critiqué sévèrement la loi du 11 juin 1968 qui prive tout Camerounais ayant acquis une autre nationalité de conserver son statut initial de citoyen Camerounais. Dans un monde qui bouge et qui se mondialise, le professeur Edzoa à jugé ce texte anachronique et totalement inadapté au Cameroun d’aujourd’hui, qui a besoin de tous ses enfants, notamment les plus talentueux et tous ceux qui brillent et honorent le Cameroun à l’extérieur. Il a annoncé qu’il va œuvrer pour l’abrogation de ce texte qui créé de la discrimination entre Camerounais. Les débats, d’un très haut niveau, ont permis à l’orateur d’approfondir ces différents points et d’éclairer son auditoire sur le CAPE (cercle d’analyses politiques et économiques), Think tank, qu’il a solennellement lancé à Paris. Le professeur Edzoa a convaincu les Africains venus l’écouter et a lancé un message d’espoir disant aux Camerounais et aux africains de ne pas céder au découragement devant les difficultés. Il a déclaré qu’il rêve d’un Cameroun revigoré, dynamique et résolument tourné vers la paix et le bonheur de tous. Il entend rassembler au sein du CAPE tous les Camerounais qui souhaitent proposer des idées nouvelles, originales et constructives pour le pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

English